En fin d’année, on prend le temps de dresser le bilan de la période écoulée mais surtout on regarde devant et on essaie d’anticiper le marché !
En digital, tout s’est accéléré cette année, en grande partie à cause de la pandémie. Pendant que certaines entreprises ont été forcées d’entamer leur transformation digitale pour subsister, les géants du web n’ont eu que quelques semaines pour proposer de nouveaux services ad hoc.

 

 

Encore et toujours plus de vidéo

Sur les réseaux sociaux, la vidéo gardera incontestablement le vent en poupe à condition qu’elle soit courte ! Ce format dépasse amplement les frontières de YouTube. En témoigne le succès de TikTok en 2020 dont la vidéo courte est la raison d’être. Du coup toute la sphère sociale s’y est mise : Instagram l’été dernier avec Reels ou encore YouTube avec Shorts (lancé en septembre) et même Snapchat le mois dernier avec ses Spotlight. Facebook a quant à lui annoncé en septembre que son fil ‘Watch’ dédié à la vidéo était visité par 46% de ses utilisateurs.

Et la vidéo ce sont aussi les nouveaux médias en ligne à l’image de Brut, Kombini, Melty ou encore Néo, le dernier né lancé par Bernard de la Villardière en novembre dernier. Ces médias pure-players s’adressent aux digital natives (15-35 ans) en s’appuyant très largement sur le web social. Souvent axés sur le divertissement davantage que sur la réelle information, on peut se demander si leur business model reposant sur la publicité saura résister à la stratégie des méga régies de Facebook et Google.

 

Accélération du social selling

Les grandes marques investissent massivement dans le social selling pour vendre directement sur les réseaux sociaux. L’Oréal et Séphora misent ainsi sur la solution de la start-up américaine Replika Software. D’autres comme La Redoute ou Etam surfent sur les boutiques Facebook, lancées en avril dernier.
« L’an Covid » a d’ailleurs accéléré le développement de solutions clé-en-main par les différents réseaux sociaux pour offrir un canal de vente alternatif aux commerçants.

 

Vers un recul des réseaux sociaux ?

En 2020, avec les mesures de confinement et les restrictions sociales imposées par les différents gouvernements pour lutter contre l’épidémie du Covid-19, l’évolution des réseaux sociaux s’est avérée impressionnante. Les internautes du monde entier ont utilisé réseaux sociaux et plateformes sociales pour maintenir le lien avec famille et amis, suivre l’actualité et télétravailler.

Mais avant la pandémie, le nombre d’utilisateurs des principaux réseaux sociaux commençait à se stabiliser, d’une part parce que le marché arrive à maturité et d’autre part parce que les très jeunes préfèrent TikTok et Minecraft à Facebook, Instagram ou Snapchat.

Alors une fois la perfusion coronavirus levée (gageons que cette pandémie se termine rapidement !), le retour tant attendu à la vraie vie entraînera-t-il un désaveu de ces plateformes ?

 

Facebook abat ses dernières cartes de rétention 

Facebook voit ses utilisateurs vieillir. Les jeunes le boudent : 72% des internautes français de la génération Z (15-24 ans) étaient actifs sur ce réseau social en 2019 contre 60% en 2020.

Rappelons que le groupe Facebook a initié une convergence entre ses services. Récemment, ses messageries Facebook et Instagram ont fait l’objet d’une fusion. Whatsapp devrait suivre bien que ses spécificités techniques rendent la chose plus complexe. Notez aussi que vous ne pouvez plus utiliser la fonction messagerie sans créer de profil Facebook.
Dans les prochains mois, l’ « account center » devrait permettre de centraliser les réglages et les préférences d’un même utilisateur sur les applications Facebook, Instagram et Messenger mais aussi de poster le même contenu sur les différents réseaux en un seul clic.

Mais l’actu Facebook c’est surtout deux projets d’envergure. Faut-il y voir des tentatives de rétention de ses utilisateurs ?
Dating transforme Facebook en plateforme de rencontres via la fonctionnalité originale du ‘secret crush’. Un argument de rétention pour les utilisateurs qui pensaient quitter le navire ?
Et Horizon : jeu virtuel mélangeant Second Life, Les Sims et Minecraft avec une dimension réalité virtuelle. Une ultime tentative de reconquérir les utilisateurs perdus de la génération Z ?

En marge du réseau social, le groupe porte un autre projet ; le plus prometteur est selon moi. Il s’agit de la crypto monnaie Libra rebaptisée Diem en partenariat avec des géants comme Illiad (Free), Uber ou encore Spotify. Même si le projet a perdu de son ambition et s’est éloigné de Facebook pour apaiser les esprits, il promet des transactions simples et sécurisées depuis le portefeuille électronique Novi de Facebook.

 

 

Premières actions en faveur d’un internet plus vert ?

Au sortir du ‘Sommet pour l’ambition climatique’ organisé la semaine passée par l’ONU l’objectif fixé par les accords de Paris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre a été réaffirmé.
Or si Internet était un pays, il serait le 3ème plus gros consommateur d’électricité mondial, derrière la Chine et les Etats-Unis. Au total le web consomme chaque année 10 à 15 % de l’électricité produite dans le monde. Pire : on estime que cette consommation double tous les 4 ans !
Alors en 2021, l’Internet plus vert pourrait-il devenir un argument de vente pour les fournisseurs d’accès ou les géants de la VOD (comme Amazon Prime Vidéo, Netflix, OCS…). Peut-on imaginer que les GAFA accélèrent leurs investissements dans les énergies renouvelables ? Serons-nous, en tant qu’utilisateurs, sensibilisés à l’impact de notre usage du web sur la planète ?

 

 

Et voilà comment mon métier de consultante web évolue encore…

Google ayant encore automatisé davantage sa solution Google Ads, la valeur ajoutée d’un expert SEA devient de plus en plus faible. Je vais donc certainement jeter l’éponge sur ce levier, sans regrets car ce n’était pas la partie la plus fun de mon métier.
A l’inverse, en matière de référencement naturel, les seules compétences techniques ne suffisent plus. Elles doivent être associées à un savoir-faire éditorial pour proposer un contenu efficace et même créatif pour l’internaute (et toujours optimisé pour le SEO bien sûr). Là j’en redemande !
Côté e-commerce, je m’entends tout récemment remettre en cause le déploiement de sites Internet marchands au profit de stratégies social-selling. Je tords le cou à mes valeurs mais je dois me résoudre à prioriser l’efficacité pour mes clients. Alors c’est parti pour les tests !
Et enfin, cet univers semble devenu à la fois tellement dense, vertigineux et complexe pour mes clients qu’on me demande de plus en plus d’audits. J’y vois là un besoin de prise de recul et de recherche de stratégie accru qui me rappelle pourquoi j’aime ce métier !

Vous avez apprécié cette article ?

Cliquez sur les étoiles pour voter.

Note moyenne 5 / 5. Votre avis 6

Pas encore de vote...